pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
24 Nov, 2017
samedi, 23 novembre 2013 19:11

Haïti-Commémoration: Des femmes s’affirment pour combattre la violence à Port-au-Prince et dans les zones frontalières Spécial

Haïti-Commémoration: Des femmes s’affirment  pour combattre la violence à Port-au-Prince et dans les zones frontalières Photo: JOSUE MICHEL

En prélude à la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes célébrée chaque 25 novembre de l’année, des représentantes d’organisations de femmes déplacées et de la frontière ont annoncé,  au cours d’une conférence de presse, le 21 novembre 2013, une série d’activités de sensibilisation et de mobilisation,  pour marquer ladite journée. Marche pacifique, conférence-débats, journées de réflexions et projection de documentaires sur la violence faite aux femmes sont, entre autres, les activités prévues à Port-au-Prince et à la frontière. Ces activités qui veulent insister sur la nécessité pour les femmes haïtiennes d’assumer le leadership de la lutte contre la violence de genre en Haiti, s’articulent cette année autour du thème « Fanm, se nou ki foule se nou ki pou pran devan nan batay kont vyolans la.»

L’animatrice Genre du GARR, Sanièce Petit-Phat, a déclaré que ces activités permettront aux femmes de mieux comprendre leur rôle dans la lutte contre la violence et la discrimination dont elles sont l’objet dans la société.

Selon Mme Petit-Phat, à la frontière d’Anse-à-Pitres/Pedernales (Sud-est), une rencontre sera organisée au marché frontalier avec les femmes commerçantes autour de la violence faite aux femmes à la frontière. Une marche est aussi prévue à l’occasion de cette journée dans cette commune.

A Lascahobas  et dans la localité de Petit-Fond (Centre) des documentaires seront projetés sur la violence sexuelle faite aux femmes. Tandis qu’à LaRoy, localité frontalière  de la même commune, un forum sur la situation des femmes dans les marchés frontaliers est prévu. Dans la section communale de Jumpa, une conférence-débats sera organisée.  A Belladère, toujours dans le Département frontalier du Centre d’Haïti, une rencontre sur la violence contre les femmes sera organisée entre des femmes haïtiennes et dominicaines.

A Tomassique, Haut Plateau Central,  des conférences-débats  sont prévues à Los Cacaos, à Boc-Banique et à Cerca-la-Source.

Dans la commune frontalière de Fonds-Verrettes, à Boucan Chatte et à Terre-Froide (Ouest), des conférences-débats seront organisées dans le cadre de cette journée.

A Cornillon/Grand-Bois et à Fonds-Parisien, des femmes auront respectivement marché dans ces communes pour réclamer leurs droits. A Port-au-Prince, une journée de réflexions sur la responsabilité des femmes face à la violence est prévue.

D’un autre côté la promotrice du genre du GARR qui dressait un tableau critique sur la situation des femmes notamment, celles qui vivent dans les camps d’hébergement et qui effectuent des transactions coutumières à la frontière haïtiano-dominicaine,  a appelé les femmes à se mobiliser pour combattre la violence.

«La réalité de violence dans tous ses aspects que beaucoup d’entre vous sont en train d’expérimenter à la maison, dans les camps des déplacés-es, aux marchés frontaliers et au travail montre que nous devons nous unir pour éradiquer la violence sous quelle que  forme qu’elle apparaisse.», a-t-elle suggéré.

Pour sa part, Marie Nesnide Marc, Délégué du Réseau d’Organisation des Femmes en Action pour une autre Haïti (ROFALA), a plaidé pour la mise en place des patrouilles fixes dans les camps d’hébergement en vue de protéger les adultes et adolescentes qui y sont souvent victimes de  violence sexuelle.

«La violence sexuelle dont sont victimes les femmes et fillettes dans nos camps d’hébergement est une violation des droits humains et nous la condamnons. Les autorités du pays doivent mettre en place les voies et moyens pour que nous soyons protégées contre les agresseurs.», a-t-elle insisté.

La militante féministe qui est également juriste a souligné, qu’en dépit des conventions relatives à l’Elimination de la violence faite aux femmes dont Haïti est signataire, des femmes et des filles continuent d’être la proie de violence en raison de la non application de ces instruments juridiques.  

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le samedi, 23 novembre 2013 19:49

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli